Des paroles des Salaf sur la mort



Ar-Rabî' ibn Badr passa à côté d'un groupe d'hommes alors qu'ils creusaient une tombe pour un mort. Il leur dit : « Qui est cet étranger parmi vous ? » Ils dirent : Ce n'est pas un étranger mais un proche et bien aimé. Il dit : « Et qui est plus étranger que le mort parmi les vivants ? » Et tous se mirent à pleurer. » (Al-Hilyah, 6/297)

Muslim ibn Ibrâhîm rapporte que Hishâm Ad-Dustawâ'î n'éteignait pas sa lampe jusqu'au matin, et il disait : « Lorsque je vois les ténèbres de la nuit, cela me rappelle les ténèbres de la tombe. » (Al-Hilyah, 6/278)

[...]

Les gens ont plus besoin de la science que de boire et de manger

L’imam Ahmad Ibn Hanbal (رحمة الله) - m.241H - a dit :
« Les gens ont plus besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »
(« Madarij as-salikin » vol.2 p.470)

Le contacte avec le chien n'annule pas l'ablution


Le contacte avec le chien n'annule pas l'ablution




Tiré du site soubhannallah.com

Le chien selon les dires des Savants de la Sounnah entraîne chaque jour la perte d’un carat ou deux - Selon une version - de la récompense réservée au propriétaire. Quand un chien est légalement acquis, son contact avec un récipient nécessite que celui-ci soit lavé sept fois dont l’une avec du sable, pourvu que le contact soit constaté. En cas de doute, le lavage ne s’impose pas puisque la propreté présumée reste maintenue.
 Aussi, toucher un chien ou sa salive n’annule pas les ablutions selon le dire des savants.
Quant au fait des prières, de la lecture du Coran et autres actes d'adoration dans une maison ou il y a un chien, SHeikh Ibn BâZ  par exemple et d'autres des gens de science disent qu'il faut faire sortir le chien et ne pas le conserver dans la maison, car on ne peut l’y garder que pour l’une des trois utilisations : La chasse, la garde de champs ou de troupeaux, en vertu des propos du Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam): « Quiconque se procure un chien qui ne soit pas utilisé dans la chasse, la garde des champs ou des troupeaux, provoquera, à cause de la présence du chien chez lui, la diminution de sa récompense, à raison de deux carats chaque jour »

[Rapporté par al-Bukhârî et Muslim]


[Madjmu' al-Fatâwa de Ibn BâZ, vol-8 p.362]

http://www.darwa.com/forum/showthread.php?t=4108&highlight

 La page n'existe plus 

L'invocation


Aucune créature ne peut se passer d'Allah et elles ont toutes besoin de Lui. C'est pour cette raison qu'Allah nous a prescrit de l'invoquer et de l'implorer; Allah subhanahu wa ta'ala dit :
[Et votre Seigneur a dit : «Implorez-Moi, Je vous exaucerai ! Mais ceux qui, par orgueil, refusent de M'adorer entreront bientôt dans l'Enfer, humiliés] (Sourate Ghafir, Verset 60)
C'est à dire ceux qui refusent de l'invoquer. Le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- a dit : « Celui qui ne demande pas à Allah, Allah se met en colère contre lui ». Allah subhanahu wa ta'ala aime que ses serviteurs l'invoquent et lui soumettent leurs besoins, Il aime ceux qui lui demandent avec insistance et Il les rapproche de Lui.
Les compagnons du Prophète sallalahu ayleihi wa salam avaient compris cela est c'est pourquoi ils ne négligeaient aucune chose qu'ils pouvaient demander à Allah subhanahu wa ta'ala. Allah dit :
[Et quand mes serviteurs t'interrogent sur moi, alors Je suis tout proche](Sourate Al Baqarah, Verset 186)
L'invocation détient un degré élevé auprès d'Allah ; c'est la chose la plus noble auprès de Lui. Il se peut que l'invocation change de destin. L'invocation du musulman est exaucée. Sans le moindre doute, si les conditions sont réunies et les obstacles écartés, celui qui invoque obtient grâce à cette invocation, l'une de ces choses : le Messager d'Allah sallalahu ayleihi wa salam a dit : « Pas un musulman ne fait une invocation qui ne comporte aucun mal , ni rupture de lien de parenté , sans qu'Allah ne lui donne grâce à cela l'une de ces trois choses : Il lui donne ce qu'il a sollicité dans l'immédiat , Il la lui réserve pour l'au-delà , ou il l'épargne d'un mal équivalent ». Les Compagnons dirent : « Dans ce cas, nous devons invoquer Allah abondamment ? Il répondit : " La réponse d'Allah est encore plus abondante "[Rapporté par Ahmad et At-Tirmidhi ]
Les différentes sortes d'indication : On distingue deux sortes :
1) L'Invocation d'Adoration : Comme la prière rituelle et le jeûne
2) L'Invocation de sollicitation et de demande.
Les mérites d'une bonne œuvre par rapport à une autre :
Est-ce la récitation du Coran qui est meilleure ou l'évocation d'Allah, ou l'invocation ? La réponse est que la récitation du Coran est dans l'absolue la meilleure des œuvres, puis l'évocation et la louange d'Allah, puis l'invocation et la demande. Ceci reste général; toutefois, il peut arriver à une oeuvre dont le mérite est moindre d'être plus méritoire qu'une autre oeuvre dont les mérites étaient plus importants, dans certaines circonstances. Ainsi, l'invocation le jour d'Arafat est meilleure que la récitation du Coran, et s'appliquer à réciter les évocations rapportées à la fin des prières obligatoires est meilleur que de s'appliquer à la récitation du Coran [à ce moment précis ] .
Les causes de l'exaucement de l'invocation : Il y a des causes apparentes et des causes profondes.
1) Les causes apparentes : Faire précéder l'invocation par des bonnes actions telles que l'aumône, les ablutions, la prière rituelle, etc. S'orienter en direction de la Qibla , lever les mains  faire l'éloge d'Allah subhanahu wa ta'ala avec ce qui Lui sied , employer les Noms et Attributs d'Allah en rapport avec ce qu'on lui demande dans l'invocation : si par exemple on demande le Paradis , on l'implorera par Sa grâce et Sa miséricorde , et si on fait l'invocation contre un injuste  par exemple , on n'utilisera pas le nom " Le Tout Miséricordieux " , ou " Le Généreux " , mais plutôt les noms du genre " le Contraignant " , " le Dominateur suprême " . Parmi les causes, il y également le fait de mentionner la prière sur le Prophète sallalahu ayleihi wa salam au début , au milieu et à la fin de l'invocation , reconnaître ses péchés , et remercier Allah pour Ses bienfaits ; profiter des moments les plus favorables à l'exaucement , confirmés par des preuves , pendant lesquels l'invocation est plus probable d'être exaucé .
Ces moments sont nombreux et on peut citer :
- Au cours d'une période de 24 heures : Au dernier tiers de la nuit , lorsqu'Allah subhanahu wa ta'ala descend du ciel le plus proche ; entre l'appel à la prière (adhân) et l'annonce du début de la prière (iqamah); après les ablutions ; pendant la prosternation ; avant le salut final de la prière ; à la fin des prières , après avoir lu complètement le Coran , en entendant le chant du coq ; en voyage ; l'invocation de celui qui est victime d'une injustice ; l'invocation de celui qui est dans la nécessité ; l'invocation des parents en faveur de son frère en secret ; lorsque le musulman rencontre l'ennemi pendant la guerre .
- Au cours de la semaine : Le Jour du Vendredi et surtout à sa dernière heure.
-Au cours des différents mois : Au mois de Ramadan : au moment de la rupture du jeûne et pendant le repas du Sahour (juste avant l'aube), la nuit du destin et le jour d'Arafat.
-Dans les nobles lieux : Dans les mosquées en général , auprès de Kaaba et surtout à Al Moultazam [entre la Pierre Noire et la porte de la Kaaba] , auprès de la station d'Ibrahim sallalahu ayleihi wa salam , sur les monts As-Safa et Al-Marwa , à Arafat , Mouzdalifah et Mina pendant les jours du Hadj , et au moment où l'on boit l'eau de Zam-Zam , etc .
2) Les causes profondes : En faisant précéder l'invocation par le repentir sincère ; le fait de réparer les injustices ; veiller à ne manger et en boire que ce qui est licite ; ne porter que des habits licites ; et que tout cela soit acquis avec un gain licite ; multiplier les actes de piété ; éviter les actes illicites ; s'abstenir des choses ambigües et des mauvaises passions ; être concentré pendant l'invocation ; avoir confiance en Allah , espérer fortement en Lui et s'en remettre à Lui ; l'humilité , implorer Allah avec insistance  ; Liui confier tout et cesser d'attendre d'un autre que Lui .
Ce qui entrave l'exaucement de l'invocation : Il peut arriver que l'homme invoque Allah mais qui'il n'exauce pas son invocation, ou que l'exaucement soit retardé ; et les causes sont nombreuses parmi lesquelles : invoquer un autre avec Allah ; entrer dans les moindres détails pendant l'invocation, comme la demande de protection contre la chaleur de la Géhenne , son étroitesse , son obscurité , etc. alors qu'il est suffisant dans ce cas, de demander d'être protégé de l'Enfer uniquement ; invoquer contre soi-même ou contre autrui injustement ; l'invocation qui comporte un péché ou la rupture des liens de parenté ; faire dépendre l'invocation de la volonté d'Allah en disant par exemple : (Ô Allah , pardonne-moi si Tu veux ) , etc. Se montrer impatient dans l'attente de l'exaucement , en disant par exemple : J'ai invoqué , mais je n'ai pas été exaucé ; abandonner l'invocation par fatigue ou par lassitude ; invoquer avec un coeur distrait et inattentif ; ne pas faire preuve de discipline et de respect devant Allah ; Le Prophète sallalahu ayleihi wa salam ayant entendu un homme invoquer Allah dans sa prière sans faire la prière sur le Prophète sallalahu ayleihi wa salam dit : " Celui-ci s'est empressé " , puis , il l'appela et lui dit à lui ou à un autre : " Lorsque l'un d'entre vous invoque , qu'il commence par la louange ( Al-Hamdoulillâh ) et l'éloge d'Allah , puis , qu'il prie sur le Prophète sallalahu ayleihi wa salam , pour enfin invoquer ce qu'il veut après cela " [ Rapporté par At-Tirmidhi et Abou Dawoud ]
On trouve parmi les obstacles à l'exaucement, le fait de demander dans son invocation une chose décidée et irréversible, comme demander de vivre éternellement dans ce monde , s'évertuer à faire rimer les paroles que l'on prononce pendant l'invocation , Allah subhana wa ta'ala a dit :
[Invoquez votre Seigneur en toute humilité et recueillement et avec discrétion. Certes, Il n'aime pas les transgresseurs]
(Sourate Al Araf, Verset 55)
Ibn Abbas radiAllah ou anhou a dit : « Fais attention à la prose rimée dans les invocations, abstiens-toi de le faire, car j'ai toujours vu l'Envoyé d'Allah sallalahu ayleihi wa salam et ses Compagnons éviter cela » [Al-Bukhary]. Il y a également le fait d'élever la voix exagérément pendant l'invocation, Allah subhana wa ta 'ala dit :
[Et dans les prières, ne récite pas à voix haute; et ne l'y abaisse pas trop mais cherche le juste -milieu entre les deux] (Sourate Al Isra, Verset 110)
Aicha qu'Allah soit satisfait d'elle a dit : « Ce verset a été révélé au sujet de l'Invocation ».
Il est recommandé pour celui qui invoque de procéder dans cet ordre
* Premièrement : Proclamer la louange et l'éloge d'Allah
* Deuxièmement : Invoquer la prière sur le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-
* Troisièmement : Se repentir et reconnaître ses péchés
* Quatrièmement : Remercier Allah pour ses bienfaits
* Cinquièmement : Commencer l'invocation [a proprement dite] et veiller à dire des formules concises et générales, et ce qui est rapporté du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- ou de nos Pieux prédécesseurs
* Sixièmement : Conclure l'invocation par la prière sur le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-

[Sources: « Article du Commentaire du Dernier Dixième du Coran », Editions Tafsir.info]
Retranscription : Oukhtynette Assya

Les brèches par lesquelles Satan s'introduit


Ibn al Qayyim


breche.jpg
Toute personne raisonnable sait que Satan ne peut parvenir à elle si ce n'est par trois brèches :

La première :
Le surplus et le gaspillage, qui consiste à se procurer plus de choses que le strict nécessaire. Il restera alors un surplus, qui est la part de Satan et la brèche par laquelle il s'introduit jusqu'atteindre le cœur. Comment colmater cette brèche? En évitant d'accorder à son âme ce qu'elle désire en totalité, qu'il s'agisse de nourriture, de sommeil, de plaisir ou de repos. En fermant cette porte, tu t'assureras que l'ennemi ne pourra s'y introduire.

La seconde :
L’insouciance. En effet, celui qui mentionne Allah (soubhânahou wa ta`âla) est protégé par la citadelle du rappel d'Allah. Lorsqu'il sombre dans l'insouciance, le serviteur ouvre une porte de la citadelle par laquelle l'ennemi s'introduira. Il deviendra alors très difficile de l'en faire sortir.

La troisième :
S'occuper de ce qui ne la regarde pas, de tout point de vue.
 

Titre: Les Méditations
Auteur: Ibn Al-Qayyim
Éditions: Tawbah
Pages: 390
Retranscription: bint 'Amar

Le repentir d’un jeune qui s’est fait beaucoup de tort


Ibn Qudama Al Maqdissi
Wahb Ibn Munabbih relate : « Il y avait à l’époque de Musa –‘aleyhi salam- un jeune homme insolent qui s’était fait beaucoup de tort. Ils l’expulsèrent de leur groupe en raison de son mauvais comportement. La mort se présenta à lui dans une ruine à la porte du pays. Allah Le Très Haut révéla à Musa –‘aleyhi salam- : « Un de Mes amis (Wali) est mort. Va le voir, lave-le et prie sur lui. Dis à tous ceux qui ont énormément désobéi d’assister à ses funérailles pour que Je leur pardonne. » Musa –‘aleyhi salam- fit l’appel parmi les Banu Isra’il, qui arrivèrent en grand nombre. Quand ils furent sur place ils reconnurent le jeune homme et s’écrièrent : « Ô Prophète d’Allah ! C’est lui le libertin que nous avons expulsé. » Musa –‘aleyhi salam- s’en étonna. Allah lui révéla : « Ils ont dit vrai et ce sont Mes témoins, sauf que, lorsque la mort se présenta à lui dans cette ruine, il regarda à droite et à gauche. Il ne vit ni ami intime ni proche, mais constata que son âme était une étrangère, seule et humiliée. Il leva son regard vers Moi et dit :« Mon Dieu ! Un de Tes serviteurs est étranger dans Ton pays ! Si je savais que mon châtiment augmenterait Ton royaume et que Ton pardon diminuerait Ton royaume, je ne Te demanderais pas le pardon. Je n’ai aucun refuge ni aucun espoir si ce n’est Toi. J’ai entendu, dans ce que Tu as fait descendre, que Tu as dit : « Certainement, Je suis Le Grand Pardonneur, Le Miséricordieux ». Ne frustre pas mes espérances ! » « Ô Musa ! Serait-il digne de Moi de le renvoyer alors qu’il était un étranger dans cette condition et qu’il Me demandait d’intercéder auprès de Moi-même et qu’il s’humiliait devant Moi ?! Par Ma Puissance ! S’il M’avait demandé pardon pour tous les pécheurs de la terre, Je le lui aurais accordé en raison de son humilité, de son éloignement. » « Ô Musa ! Je suis la grotte de celui qui est loin de son pays, celui qu’Il aime, son Médecin et celui qui lui fait miséricorde. »


Titre : Les repentis
Auteur : Ibn Qudama Al Maqdissi

L'IMAM AHMED FACE AU SOULÈVEMENT CONTRE LES GOUVERNEURS

Hamdan rapporte :

"Les savants de Bagdad se sont réunis chez Abu 'Abdillah, l'imam Ahmad Ibn Hanbal, et ils lui dirent :
"La chose a grandi et s'est répandue, ils voulaient dire la parole de ceux qui disent que le Coran est créé, nous n'agréons pas son commandement et son sultanat".

L'imam Ahmad débattit avec eux sur ce point et dit :
"Réprimez vos coeurs et ne vous soulevez pas d'un pouce (contre l'émir), ne rendez pas la situation difficile aux musulmans, et ne versez pas votre sang et le leur, regardez les conséquences et patientez jusqu'à ce que cela s'éclaircisse".

Puis il leur dit : "Le fait que nous nous révoltions n'est pas correct, cela est contraire aux textes".

Ce qui annule le tayammum


Sayyid Sâbiq
Avec annotations et corrections du Sheikh al-Albani

Ce qui annule les ablutions, annule le tayammum car il le remplace.
 
Il est également annulé par la présence d'eau pour celui qui en avait pas; ou la capacité de l'utiliser pour celui qui ne pourrait pas l'utiliser.
 
Mais s'il a fait sa prière en étant purifié par le tayammum, puis il retrouve l'eau ou est capable de l'utiliser, après la prière, il ne doit pas la refaire après l'avoir achevé même si le temps de cette prière n'est pas encore terminé.
 
Abû Sa'îd al-Khudrî (Qu'Allah l'agrée) rapporte: "Deux hommes étaient en voyage et l'heure de la prière entra mais ils n'avaient pas d'eau, alors ils ont dû recourir à une terre pure pour faire le tayammum, et ils ont prié. Après un certain temps, ils trouvèrent de l'eau; l'un d'eux fit ses ablutions et recommença sa prière et l'autre non. Venant trouver le Messager d'Allah (sallalahou alayhi wa salam) ils lui racontèrent ce qui s'était passé.
 
Il (sallalahou alayhi wa salam) dit à celui qui n'a pas recommencé sa prière:
 " Tu as fais la Sunna, et ta prière te suffit".

Et à l'autre : "Tu auras une double récompense."
(Rapporté par Abû Dâwûd et Al-Nâsâ'î.)
 
Mais si il trouve l'eau et peut l'utiliser après avoir commencé la prière et avant de l'avoir achevé son ablution sera annulé et il devra se purifier de nouveau avec l'eau; conformément au hadîth d'Abû Dharr (Qu'Allah l'agrée) déjà mentionné.
 
Quant à celui qui se purifie de son état d'impureté majeure et celle qui se purifie de sa menstruation par le tayammum, pour une des causes qui ont permis de le faire, et qui ont prié, ils ne doivent pas refaire la prière mais ils doivent faire le lavage dès qu'ils trouvent de l'eau ou qu'ils sont capables de l'utiliser.
 
Conformément au hadîth  de 'Imrân (Qu'Allah l'agrée) qui dit: "Le Messager d'Allah (sallalahou alayhi wa salam) a dirigé la prière; une fois la prière achevée, il a vu un homme isolé qui n'a pas prié avec les gens, il lui a dit:
 
"Qu'est-ce qui t'a empêché de prier avec les gens? Il dit: "Je suis en état d'impureté majeure et je n'ai pas trouvé d'eau."
 
Le Prophète (sallalahou alayhi wa salam) lui dit:
 
"Fais le tayammum avec la terre, elle te suffit."
 
Puis 'Imrân a ajouté:" Lorsqu'on a trouvé l'eau, le Messager d'Allah a donné à cet homme qui était en état d'impureté, un récipient plein d'eau et lui a dit:
 
"Va! Et verses cela sur toi."
(
Rapporté par Al-Bukhârî)

 separateur
Titre: La description des ablutions du Prophète
Auteur: Sayyid Sâbiq avec annotations et corrections du Sheikh Muhammad Nâsir al-Dîn al-Albânî
Pages: Pages 141 à 143
Edition: Les éditions al-Sunna
Retranscription: Oum_Chaïma

Est-il permis à la femme d’effectuer le massage sur son voile ?

Cheikh Ibn Outhaymine (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a été interrogé en ces termes : «est-il permis à la femme d’effectuer le massage sur son voile ?»

Voici sa réponse : « l’opinion la plus connue au sein de l’école de l’imam Ahmad est qu’elle effectue le massage sur son voile, si celui ci entoure son cou. Car certaines des femmes des compagnons avaient agi ainsi, selon ce qui a été rapporté d’elles».

En tous cas, si l’enlèvement du voile s’avère difficile à cause d’un excès de froid ou en raison de la complexité de l’acte, elle peut effectuer le massage sur le voile. Autrement, il vaut mieux qu’elle s’en abstienne.

 « Il est aussi correct d’effectuer le massage sur le voile féminin qui couvre le cou. Car Um Salamata l’avait fait, d’après Ibn al-Moundhir».

Ce massage suffit quand le voile couvre les oreilles. Aussi n’est-il pas nécessaire d’introduire les mains sous le voile pour atteindre les deux oreilles. C’est aussi le cas pour l’homme porteur d’un turban ; il n’est pas tenu d’effectuer le massage des deux oreilles, fussent-elles découvertes, cela n’étant que recommandé.

Cheikh Ibn Outhaymine (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « La Sunna veut qu’on effectue le massage des parties découvertes de la tête comme le haut du front et les deux côtés de la tête ». 


http://alminhadj.fr/modules/newbb/viewtopic.php?viewmode=compact&topic_id=2837&forum=18

La Majorité des Habitants de l'Enfer sont des Femmes


Cheikha Umm'Abdillah Al Wadi'iyya
 L'imam Al-Bukhari (1/583) a dit : [...] Ibn 'Abbas rapporte du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- qu'il a dit : « Allah m'a montré l'enfer et j'ai vu que la majorité de ses habitants était des femmes, car elles renient » On demanda : « Car elles renient Allah ? » Il répondit : « [Non mais] parce qu'elles renient les bienfaits de leurs époux et les faveurs qu'ils leur font. Tu peux être bienfaisant envers une femme toute ta vie. Il suffit que tu la contraries une fois pour qu'elle dise « Tu n'as jamais été bienfaisant envers moi ».
Le reniement mentionné dans ce hadith ne désigne pas la mécréance  majeure mais mineur, voir Al Fath (1/83)
L'imam Al-Bukhari (1/583) a dit : « [...] Usamah rapporte du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- qu'il a dit : « Je me suis posté à la porte du Paradis et j'ai vu que la majorité de ceux qui y entraient étaient des pauvres. Quant aux personnes opulentes, elles furent empêchées d'entre [et devaient attendre que tous les pauvres s'y introduisent]. Lorsque les gens de l'enfer furent jetés dans le feu, je vis que la majorité d'entre eux étaient des femmes. » Rapporté aussi par Muslim (4/2236)
L'imam Al-Bukhari (1/583) a dit : [...] Imran rapporte du Prophèt -sal Allahou 'alayhi wa salam- : [...] qu'il a dit : « j'ai regardé le paradis et j'ai vu que la majorité de ses habitants étaient les pauvres. J'ai ensuite regardé l'enfer et j'ai vu que la majorité de ses habitants étaient les femmes. » Rapporté également par Muslim (1/2096)
L'Imam Muslim (4/2097) a dit : [...]  Abu At-Tayyah rapporte que Mutarraf ibn 'Abd Allah avait deux femmes. Revenant de chez l'une d'elles, l'autre lui demanda : « Tu viens de chez unetelle ? » Il répondit : « Je viens de chez Imran Ibn Husayn. » Il nous enseigna ensuite que le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- a dit : « Les femmes sont la population la moins représentée au paradis. »
L'imam Ahmad a dit : [...] Amarah Ibn Khuzaymah Ibn Thabit a dit : « Nous étions avec Amr Ibn Al-As lord d'un pèlerinage ou d'une Umrah. Quand nous arrivâmes à Marr Adh-Dharan (lieu proche de la Mecque) nous vîmes une femme dans son palanquin. Elle posa sa main sur un côté du palanquin et il pencha. Amr se dirigea alors vers une vallée et nous le suivîmes. Il nous dit alors : « Nous étions avec le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- en ce lieu même, et c'est alors que nous vîmes une flopée de corbeaux. Il y avait parmi eux un seul corbeau dont les ailes, les pattes et le bec étaient blancs. Le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- dit alors : « Les femmes entrant au paradis sont aussi rares que ce corbeau parmi tous ses congénères. » Ce hadith est aussi rapporté par Al-Hâkim dans Al-Mustadrak (6/602 ). Celui-ci a d'ailleurs affirmé que l'authenticité de ce hadith répondait aux conditions émises par Muslim ; bien qu'Al-Bukhari et Muslim ne l'aient pas mentionné dans leurs recueils respectifs.
Concernant le propos du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-: « Les femmes entrant au paradis sont aussi rares que ... », il s'agit là des femmes de ce bas monde.
C'est à cause de leurs méfaits que les femmes représentent la majorité des habitants de l'enfer car :
[Ton Seigneur ne fait jamais de tort à personne]
(Sourate Al Kahf , Verset 49)
Nous devons donc nous exercer à nous soumettre à la loi de notre Seigneur. Si les femmes préfèrent rester ignorantes, nous ne devons pas le rester. Si elles désobéissent à Allah, nous ne devons pas Lui désobéir . Ne soyons pas trompés par les femmes prétentieuses qui se sont rebellées contre la loi d'Allah. En effet, Allah dit :                                                                                                                        
[Et si tu Obéis à la majorité de ceux qui sont sur la terre, ils t'égareront du sentier d'Allah : ils ne suivent que la conjecture et ne font que fabriquer des mensonges.]
(Sourate Al An'am , Verset 116)

[Et la plupart des gens ne sont pas croyants malgré ton désir ardent]
(Sourate Yusuf , Verset 103)

[Peu de mes serviteurs sont reconnaissant]
(Sourate Saba, Verset 13)

Si tu veux atteindre l'honneur dans ce bas monde et dans l'au-delà, gagner le paradis et être sauvée de l'enfer: obéis alors aux ordres d'Allah et délaisse Ses interdits, cramponne-toi au Coran et à la Sunnah conformément à la compréhension des pieux prédécesseurs. En effet, Allah dit :

[Et ceux qui se conforment au Livre et accomplissent la salât [en vérité] Nous ne dissipions pas la récompense de ceux qui s'amendent]
(Sourate Al-A'raf, Verset 170)

[Sources : « Conseils aux Femmes Musulmanes », Cheikha Umm'Abdillah Al Wadi'iyya, Edition Daralmuslim, pp. 169-171]
Retranscription : Oukhtynette Assya

Jeûne et priere dans les régions polaires

68.Dans les pays scandinaves et du nord, les musulmans rencontrent des problèmes car la nuit ou le jour dure que 2h et aussi il arrive que les jours durent 6mois alors comment font les musulmans pour jeûner dans ces conditions ?

REPONSE de cheykh ibn 3otheymin rahimahoullah: 
Le problème qui se pose dans ces pays concerne les salat et le jeûne. Dans le cas où il y a un jour ou une nuit qui dure très longtemps, ils font leur prière normalement; mais le problème se trouvent dans les régions polaires où le jour dure 6 mois ainsi que la nuit. Et ces habitants doivent calculer pour pouvoir prier et jeûner au bon moment.
Les savants ont donné plusieurs façons:
On se base sur les horaires de mekka car c’est la mère des villes.
On partage le jour et la nuit sur 12 heures et sur ce calcul, on se base sur le moment adéquat.
On se base sur les horaires de la région la plus proche où il y a un jour et une nuit normal et ceci est l’avis le plus authentique.

Cesser de manger et boire à l’apparition de l’aube

SHeikh Ibn BâZ (rahimahullâh) dit qu’il ne sait pas si la précaution (Imsak) est soutenu par des fondements. Plutôt ce qui est indiqué par le Qor’ân et la Sounnah, est que nous devrions cesser de manger et boire à l’apparition de l’aube, parce qu’Allâh dit :
« Mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit »
[1]
Et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) a dit : « L’aube est de deux sortes : une aube ou il devient interdit de manger et ou la prière est permise, et une aube ou vous ne devez pas prier [la prière du Fajr] et ou il est permis de manger. » Rapporté par Ibn Khouzaymah et al-Hâkim qui l’ont classé comme sahîh [authentique] dans « Bouloûgh al-Marâm ». Et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa salam) dit : « Bilâl appelle à la prière pendant la nuit, mangez et buvez jusqu’à ce que vous entendiez l’appel de Ibn Oum Maktoûm parce qu’il n’appelle qu’à l’apparition de l’aube. » Le narrateur a dit : Ibn Oum Maktoûm était un homme aveugle qui n’appelait pas à la prière jusqu’à ce qu’une personne vienne lui dire : « Le matin est venu, le matin est venu ! » Unanimement reconnus authentique. [2]
Les savants de Lajnah ad-Dâ-ima ont dit que le principe de base quant au fait de cesser pour le Jeûneur [de manger et boire], et celui de rompre le Jeûne, est tel que ce qu’Allâh a dit :
« Mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit »
[3]
Il est permis de manger et boire jusqu’à l’apparition de l’aube, qui est le fil blanc de lumière qu’Allâh a fait le temps le plus tardif [pour ce qui est de la permission de boire et de manger].
Quant à la deuxième apparition de l’aube, il est interdit de manger, boire et de faire ce qui interrompe le jeûne. Quiconque boit à l’entente du Adhân pour le Fajr, et que le Adhân vient après la deuxième aube, il doit alors compenser ce jour, mais si c’était avant l’aube, il ne doit pas le compenser. [4]
Notes
[1] Coran, 2/187
[2] Madjmu’ Fatâwa du SHeikh Ibn BâZ, 15/281
[3] Coran, 2/187
[4] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 10/284

La prosternation tête nue pour une femme


Question : 


Lors de la lecture d’un verset contenant une prosternation, puis-je me prosterner dans l’état où je me trouve, c’est à dire sans voile ?




Réponse :


Il est autorisé à une femme de se prosterner dans n’importe quel état, que ce soit avec un voile ou non. 


Car la prosternation de la lecture n’est pas soumise aux règles de la prière.



Fatwa du cheikh Otheimine 

 tiré du livre « Fatwa pour les femmes » Page 34

« ALLAH N’ORDONNE PAS UNE CHOSE SANS QUE LE DIABLE NE S’Y INTERPOSE DE 2 MANIÈRES… »


Shaykhul-Islam rapporte :
« Quelle belle parole que celle prononcée par un pieux prédecesseur qui a dit : « Allah n’ordonne pas une chose sans que le Diable ne s’y interpose de deux manières, sans se soucier par laquelle des deux il triomphera : l’exagération et la négligence ». 
[Majmu’ fatawa 14/479]

YAHYA IBN YAHYA « DÉFENDRE LA SUNNA EST MEILLEUR QUE LE JIHAD… »



Al-Harawî rapporte d’après sa chaine de rapporteurs qui remonte jusqu’à Nasr ibn Zakariya qui a dit : « J’ai entendu Muhammad ibn Yahya ad-Dhahlî dire :
« J’ai entendu Yahya ibn Yahya** dire : « Défendre la Sunna est meilleur que de combattre pour la cause d’Allah »
Muhammad dit : « Je dis alors à Yahya : « L’individu dépense son argent, se fatigue et combat, et celui qui défend la Sunna est meilleur que Lui ?! »Il répondit : « Oui, et de beaucoup ! » »

** Professeur d’al-Bukhary et Muslim

« SI VOUS ACHETIEZ DU PAPIER POUR LES ANGES… »


Certains salafs ont dit :
« Si vous achetiez du papier pour les anges qui consignent vos paroles, vous éviteriez beaucoup de paroles »
[AbdelMuhsin al ‘Abbad le rapporte dans sa risala « appel à la bienveillance entre les gens de la sunna »]

LA FEMME DU QADI SHURAYH AU MOMENT DE LA NUIT DE NOCE…


Il nous a été rapporté dans le sublime livre de l’Imam Adh-Dhahabi « siyaro a’lam annubala  » que Asha’biy rencontra Shurayh et lui demanda comment ça se passait chez lui, et Shurayh de lui répondre :
« Depuis 20 ans et je n’ai jamais vu ce qui pourrait me mettre en colère chez ma femme! »
Et ash-Sha’biy lui dit : «Et comment ça ? »
Et il lui raconta alors: « Depuis la première nuit que je suis rentré, j’ai découvert une femme d’un charme séduisant et d’une beauté rare, alors je me suis dit il faut que je prie 2 rak’ats pour remercier le Seigneur, et je remarqua qu’elle pria avec ma prière et salua avec mon salam ; quand la maison se vida des proches et des amis, je me leva et dirigea ma main vers elle, alors elle dit : « Doucement ya Aba Oumeyah ! »
Puis elle dit : « La louange est à ALLAH, je le loue et lui demande l’aide, et je prie et je salue sur MOHAMED et sa famille wa ba’d… Je suis une femme étrangère à toi, je ne connais rien de ton caractère alors dis moi ce que tu aimes pour que je le fasses et dis moi ce que tu détestes pour que je l’évite !
Certes il y avait dans mon « peuple » qui aurait pu me convenir et il y avait dans ton « peuple » qui aurait pu te convenir ,mais lorsqu’ALLAH décide de quelque chose ,alors c’est une chose accomplie,et tu m’as eu! Alors fait ce qu’ALLAH t’a ordonné de faire « fa imssakun bi ma’rouf aw tassrihun bi ihssan » (càd garder son épouse avec de bonnes relations ou la libérer avec gentillesse)
J’ai dit ce que j’ai dit, je demande pardon à ALLAH pour moi et pour toi. »
« J’avoue que je me sentis gené ya Sha’biy ! Et elle me contraint ainsi à faire une khotbah dans ce moment ! Alors je dit: « Je loue ALLAH et je lui demande l’aide, et je prie et je salue sur le prophète et sa famille wa ba’d. Tu viens de dire une parole si elle s’avère vrai alors c’est bien pour toi, et si tu l’as simulé alors ce sera une preuve contre toi ! Voilà moi j’aime ça et ça et je déteste ça et ça, et si tu vois un bien alors propage le et si tu vois un mal(ou un défaut) alors couvre le. »
Puis elle dit : « Comment vois tu les visites de ma famille ? »
Je dit : « Je n’aime pas que ma belle famille m’ennuie trop. »
Et elle dit : « Qui aimes-tu de tes voisins qui rentrent chez toi, ainsi je leur permettrai de rentrer ? »
Je dis : « Banou untel sont des gens biens et banou untel sont mauvais. »
Shourayh dit : « J’ai passé avec elle la plus belle nuit, et elle est restée avec moi 20 ans et je ne lui ai jamais reproché quoique ce soit sauf une fois, mais c’est moi qui était en tort… »

« LE FAIT D’AVOIR BEAUCOUP D’AMIS… »


Sufiyân Ath-Thawrî a dit :
« Le fait d’avoir beaucoup d’amis est un signe de faiblesse de religiosité. »
[Sifatu Safwa]

« LA FOI EST NUE ET SON VÊTEMENT EST LA PIÉTÉ… »


Abu ‘Abdallâh Wahb Ibn Manbah, rahimahullâh, a dit :
« La Foi est nue et son vêtement est la piété, sa parure est la pudeur, et sa richesse, c’est la science. »
[Sifatu-Safwa]

LA VERTU D’UN DES PLUS GRAND ACTE DU COEUR : LA PATIENCE


Umar b. ‘Abd Al-Azîz a dit :
« Quand Allah retire un bienfait qu’Il a accordé à Son serviteur puis le lui remplace par la patience, soyez sûr que ce qu’Il lui a accordé en compensation est meilleur que ce qu’ Il lui a retiré »
[Tiré du kitab Uddatu S-Sâbirîn d’Ibn Qayyim]

ADH-DHAHABI « MAIS L’IGNORANT NE CONNAIT PAS SON NIVEAU, ALORS COMMENT… »


ADH-DHAHABI « MAIS L’IGNORANT NE CONNAIT PAS SON NIVEAU, ALORS COMMENT… »

 
L’imam adh-Dhahabi (Rahîmû’llâh ta’ala) a dit :
« Mais l’ignorant ne connait pas son niveau, alors comment va-t-il connaitre le niveau d’autrui ?! »
[ As-siyar (11/321) ]
————————————-

قال الإمام الذهبي

ولكن الجاهل لا يعلم رتبة نفسه، فكيف يعرف رتبة غيره ؟ !! ـ

[السير 11/321]

La beauté et l’hygiène de la femme musulmane




Concernant l’épilation ou le rasage ou la diminnution , il y a trois catégories de jugement.
Il y a en effet, les parties du corps qu’il nous faut obligatoirement épiler ou raser ou couper , celles qu’il est interdit d’épiler ou de raser ou de couper et celles à propos desquelles il n’y a ni obligation ni interdiction. 

Les parties qu’il faut épiler ou raser ou couper obligatoirement :
Le Prophète ‘alayhi salatou wa sallam nous a enseigner qu’il était obligatoire (wâjib) de s’épiler ce raser ou couper le pubis et les aisselles et que cela était conforme à la nature primordiale (fitrah).

Abou Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui) rapporte que le Prophète ‘alayhi salatou wa sallam a dit :

"La fitra (la nature primordiale) comporte cinq éléments : la circoncision, le fait de se raser le pubis, de se couper les ongles, de s'épiler (raser ou couper)les aisselles et de se raccourcir la moustache. " 
Rapporté par al Boukhâri.
Dans al Fath, 10/342, al Hâfidh dit an Nawawi a dit : « Par poils du pubis, on entend les poils qui poussent sur le pénis et autour de lui et les poils qui entourent le sexe féminin. » 
Abou Shama dit : « Par poils du pubis, il faut entendre les poils qui poussent sous le ventre et sur le sexe et les cuisses... Il est recommandé d’enlever les poils du pubis et de l’anus. Ceux entourant ce dernier méritent davantage d’être enlevés parce qu’ils peuvent retenir des résidus d’excréments que l’on ne peut nettoyer qu’avec de l’eau et que l’usage de cailloux ne peut pas enlever entièrement. »
Il n’a pas été fixé de période précise pour l’épilation, cependant, nous savons qu’il ne faut pas dépasser 40 nuits.

Il a été rapporté d'’Anas (qu’Allah l’agrée) a dit : 
« Une périodicité de 40 nuits nous a été fixée pour la diminution de la moustache, la coupe des ongles, l’enlèvement des poils des aisselles et le rasage des poils du pubis. » 
Rapporté par Mouslim, Ibnou Madja, Ahmad, at Termidhi, an Nassâ î et Abou DâwoûdAussi, fait partie de la Sounnah le déracinement les poils des aisselles et le rasage de ceux des parties intimes. 


Les parties qu’il est interdit d’épiler ou de raser ou de couper : 
De nombreuses femmes musulmanes s’épilent les sourcils afin d’en changer la forme dans un but purement esthétique. Cette pratique est interdite.
Voila ce que dit Cheykh al Albani (Rahimahoullah) sur l’épilation des sourcils de la femme dans son livre Les règles du mariage :
« Certaines femmes épilent les sourcils pour qu’ils soient tel un arc ou un croissant. Elles font cela dans le but de se faire belles, comme elles prétendent ! Mais cette pratique à été interdite par le Messager d’Allah ‘alayhi salatou wa sallam), il a même maudit celles qui pratiquent un tel acte en disant :
« Maudites soient les tatoueuses et celles qui se font tatouer, celles qui épilent les visages des autres et celles qui s’épilent leur propre visage, celles qui liment leurs dents par coquetterie, changeant ainsi la création d’Allah »
Rapporté par al Boukhâri, Mouslim, Abou Dâwoûd, at Termidhi, ad Dârimi, l'imam Ahmad


Les parties sur lesquelles Allah s'est tût par misericorde : 
Il n'a rien était dit par Allah ou par son Prophète 'alayhi salatou wa sallam sur l'épilation des jambes, des bras... 
La base dans les choses mondaines est l'autorisation, et puisqu'aucune preuve ne vient nous l'interdire alors il n'a pas d'interdit sur le faite de s'épiler ou de se raser ou de diminnuer les parties ou Allah n'a rien dit dessus.
Et Allah est plus savant !