La première nation, qui entrera au Paradis

La première nation, qui entrera au Paradis

Selon Abou Salih de Abou Houreira: L'Envoyé de Dieu (saw) a dit: «Nous sommes la dernière (nation), les premiers le Jour du Jugement dernier. Nous serons les premiers à accéder au Paradis, et pourtant ils avaient reçu le Livre avant nous. Nous l'avons reçu (Coran) Après eux. Ils se sont détournés, Dieu nous a guidés dans le droit chemin par Sa permission, là où ils se sont égarés»

Dans le Sahih Mouslim. Cette nation (de l'Islam) sera la première à sortir de sa tombe et la première à occuper les places supérieures de l'étendue du Rassemblement. Elle sera la première sous l'ombre du trône. Les Musulmans seront les premiers à être jugés, les premiers à passer sur le "Sirat" (pont, dont la largeur est comparable à un fil de rasoir, surplombant un abîme sans fond de l'Enfer), les premiers à entrer au Paradis. L'entrée du Paradis est interdite à tous les Prophètes, jusqu'à ce que Mohammed entre le premier, interdite également aux autres nations, jusqu'à ce que sa nation puisse s'introduire en premier.

Les premiers de cette nation à entrer au Paradis et leur description

Du Sahihaïne du Hadith de Hamam ibn Mounabih de Abou Houreira, le Messager de Dieu (Saw) a dit:«Les premiers croyants à entrer au Paradis auront leur visage aussi lumineux que celui de la pleine lune, ils ne cracheront pas, ne feront pas leur besoin et n'auront pas de gaz. Leurs peignes seront en or et en argent, leur réchaud dégagera l'odeur de l'encens, leur sueur sera de musc. A chacun d'eux deux femmes dont on peut voir la moelle des os de leurs jambes à travers la chair, à cause de leur beauté éblouissante. Aucune discorde entre eux, ni jalousie. Leur coeur invoquera Dieu du matin au soir»

Dans le Sahihaïne du Hadith d'Ibn Zara'â de Abou Houreira, le Messager de Dieu (saw) a dit: «Le premier groupe à pénétrer au Paradis aura le visage éclatant comme celui de la pleine lune. Les suivants auront des visages aussi lumineux que les astres. Ils n'urineront pas, ne feront pas leurs besoins, ne cracheront pas et n'auront pas de gaz. Leur peigne sera en or, leur sueur de musc et de leur réchaud s'exhalera une odeur d'encens. Leurs épouses seront les Houris. Les hommes auront une image conforme, ressemblant à Adam, ayant soixante coudées de haut»

Le Paradis Hadi El Arwah ila biladi El Af'rah (résumé) pag 49/50
par le cheikh Ibn Qayyim al Jawziyya

Des paroles des Salaf sur la mort



Ar-Rabî' ibn Badr passa à côté d'un groupe d'hommes alors qu'ils creusaient une tombe pour un mort. Il leur dit : « Qui est cet étranger parmi vous ? » Ils dirent : Ce n'est pas un étranger mais un proche et bien aimé. Il dit : « Et qui est plus étranger que le mort parmi les vivants ? » Et tous se mirent à pleurer. » (Al-Hilyah, 6/297)

Muslim ibn Ibrâhîm rapporte que Hishâm Ad-Dustawâ'î n'éteignait pas sa lampe jusqu'au matin, et il disait : « Lorsque je vois les ténèbres de la nuit, cela me rappelle les ténèbres de la tombe. » (Al-Hilyah, 6/278)

[...]

Les gens ont plus besoin de la science que de boire et de manger

L’imam Ahmad Ibn Hanbal (رحمة الله) - m.241H - a dit :
« Les gens ont plus besoin de la science que de boire et de manger, car il suffit à l’homme de boire et de manger une ou deux fois par jour alors qu’il a besoin de la science autant qu’il a besoin de respirer. »
(« Madarij as-salikin » vol.2 p.470)

Le contacte avec le chien n'annule pas l'ablution


Le contacte avec le chien n'annule pas l'ablution




Tiré du site soubhannallah.com

Le chien selon les dires des Savants de la Sounnah entraîne chaque jour la perte d’un carat ou deux - Selon une version - de la récompense réservée au propriétaire. Quand un chien est légalement acquis, son contact avec un récipient nécessite que celui-ci soit lavé sept fois dont l’une avec du sable, pourvu que le contact soit constaté. En cas de doute, le lavage ne s’impose pas puisque la propreté présumée reste maintenue.
 Aussi, toucher un chien ou sa salive n’annule pas les ablutions selon le dire des savants.
Quant au fait des prières, de la lecture du Coran et autres actes d'adoration dans une maison ou il y a un chien, SHeikh Ibn BâZ  par exemple et d'autres des gens de science disent qu'il faut faire sortir le chien et ne pas le conserver dans la maison, car on ne peut l’y garder que pour l’une des trois utilisations : La chasse, la garde de champs ou de troupeaux, en vertu des propos du Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam): « Quiconque se procure un chien qui ne soit pas utilisé dans la chasse, la garde des champs ou des troupeaux, provoquera, à cause de la présence du chien chez lui, la diminution de sa récompense, à raison de deux carats chaque jour »

[Rapporté par al-Bukhârî et Muslim]


[Madjmu' al-Fatâwa de Ibn BâZ, vol-8 p.362]

http://www.darwa.com/forum/showthread.php?t=4108&highlight

 La page n'existe plus 

L'invocation


Aucune créature ne peut se passer d'Allah et elles ont toutes besoin de Lui. C'est pour cette raison qu'Allah nous a prescrit de l'invoquer et de l'implorer; Allah subhanahu wa ta'ala dit :
[Et votre Seigneur a dit : «Implorez-Moi, Je vous exaucerai ! Mais ceux qui, par orgueil, refusent de M'adorer entreront bientôt dans l'Enfer, humiliés] (Sourate Ghafir, Verset 60)
C'est à dire ceux qui refusent de l'invoquer. Le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- a dit : « Celui qui ne demande pas à Allah, Allah se met en colère contre lui ». Allah subhanahu wa ta'ala aime que ses serviteurs l'invoquent et lui soumettent leurs besoins, Il aime ceux qui lui demandent avec insistance et Il les rapproche de Lui.
Les compagnons du Prophète sallalahu ayleihi wa salam avaient compris cela est c'est pourquoi ils ne négligeaient aucune chose qu'ils pouvaient demander à Allah subhanahu wa ta'ala. Allah dit :
[Et quand mes serviteurs t'interrogent sur moi, alors Je suis tout proche](Sourate Al Baqarah, Verset 186)
L'invocation détient un degré élevé auprès d'Allah ; c'est la chose la plus noble auprès de Lui. Il se peut que l'invocation change de destin. L'invocation du musulman est exaucée. Sans le moindre doute, si les conditions sont réunies et les obstacles écartés, celui qui invoque obtient grâce à cette invocation, l'une de ces choses : le Messager d'Allah sallalahu ayleihi wa salam a dit : « Pas un musulman ne fait une invocation qui ne comporte aucun mal , ni rupture de lien de parenté , sans qu'Allah ne lui donne grâce à cela l'une de ces trois choses : Il lui donne ce qu'il a sollicité dans l'immédiat , Il la lui réserve pour l'au-delà , ou il l'épargne d'un mal équivalent ». Les Compagnons dirent : « Dans ce cas, nous devons invoquer Allah abondamment ? Il répondit : " La réponse d'Allah est encore plus abondante "[Rapporté par Ahmad et At-Tirmidhi ]
Les différentes sortes d'indication : On distingue deux sortes :
1) L'Invocation d'Adoration : Comme la prière rituelle et le jeûne
2) L'Invocation de sollicitation et de demande.
Les mérites d'une bonne œuvre par rapport à une autre :
Est-ce la récitation du Coran qui est meilleure ou l'évocation d'Allah, ou l'invocation ? La réponse est que la récitation du Coran est dans l'absolue la meilleure des œuvres, puis l'évocation et la louange d'Allah, puis l'invocation et la demande. Ceci reste général; toutefois, il peut arriver à une oeuvre dont le mérite est moindre d'être plus méritoire qu'une autre oeuvre dont les mérites étaient plus importants, dans certaines circonstances. Ainsi, l'invocation le jour d'Arafat est meilleure que la récitation du Coran, et s'appliquer à réciter les évocations rapportées à la fin des prières obligatoires est meilleur que de s'appliquer à la récitation du Coran [à ce moment précis ] .
Les causes de l'exaucement de l'invocation : Il y a des causes apparentes et des causes profondes.
1) Les causes apparentes : Faire précéder l'invocation par des bonnes actions telles que l'aumône, les ablutions, la prière rituelle, etc. S'orienter en direction de la Qibla , lever les mains  faire l'éloge d'Allah subhanahu wa ta'ala avec ce qui Lui sied , employer les Noms et Attributs d'Allah en rapport avec ce qu'on lui demande dans l'invocation : si par exemple on demande le Paradis , on l'implorera par Sa grâce et Sa miséricorde , et si on fait l'invocation contre un injuste  par exemple , on n'utilisera pas le nom " Le Tout Miséricordieux " , ou " Le Généreux " , mais plutôt les noms du genre " le Contraignant " , " le Dominateur suprême " . Parmi les causes, il y également le fait de mentionner la prière sur le Prophète sallalahu ayleihi wa salam au début , au milieu et à la fin de l'invocation , reconnaître ses péchés , et remercier Allah pour Ses bienfaits ; profiter des moments les plus favorables à l'exaucement , confirmés par des preuves , pendant lesquels l'invocation est plus probable d'être exaucé .
Ces moments sont nombreux et on peut citer :
- Au cours d'une période de 24 heures : Au dernier tiers de la nuit , lorsqu'Allah subhanahu wa ta'ala descend du ciel le plus proche ; entre l'appel à la prière (adhân) et l'annonce du début de la prière (iqamah); après les ablutions ; pendant la prosternation ; avant le salut final de la prière ; à la fin des prières , après avoir lu complètement le Coran , en entendant le chant du coq ; en voyage ; l'invocation de celui qui est victime d'une injustice ; l'invocation de celui qui est dans la nécessité ; l'invocation des parents en faveur de son frère en secret ; lorsque le musulman rencontre l'ennemi pendant la guerre .
- Au cours de la semaine : Le Jour du Vendredi et surtout à sa dernière heure.
-Au cours des différents mois : Au mois de Ramadan : au moment de la rupture du jeûne et pendant le repas du Sahour (juste avant l'aube), la nuit du destin et le jour d'Arafat.
-Dans les nobles lieux : Dans les mosquées en général , auprès de Kaaba et surtout à Al Moultazam [entre la Pierre Noire et la porte de la Kaaba] , auprès de la station d'Ibrahim sallalahu ayleihi wa salam , sur les monts As-Safa et Al-Marwa , à Arafat , Mouzdalifah et Mina pendant les jours du Hadj , et au moment où l'on boit l'eau de Zam-Zam , etc .
2) Les causes profondes : En faisant précéder l'invocation par le repentir sincère ; le fait de réparer les injustices ; veiller à ne manger et en boire que ce qui est licite ; ne porter que des habits licites ; et que tout cela soit acquis avec un gain licite ; multiplier les actes de piété ; éviter les actes illicites ; s'abstenir des choses ambigües et des mauvaises passions ; être concentré pendant l'invocation ; avoir confiance en Allah , espérer fortement en Lui et s'en remettre à Lui ; l'humilité , implorer Allah avec insistance  ; Liui confier tout et cesser d'attendre d'un autre que Lui .
Ce qui entrave l'exaucement de l'invocation : Il peut arriver que l'homme invoque Allah mais qui'il n'exauce pas son invocation, ou que l'exaucement soit retardé ; et les causes sont nombreuses parmi lesquelles : invoquer un autre avec Allah ; entrer dans les moindres détails pendant l'invocation, comme la demande de protection contre la chaleur de la Géhenne , son étroitesse , son obscurité , etc. alors qu'il est suffisant dans ce cas, de demander d'être protégé de l'Enfer uniquement ; invoquer contre soi-même ou contre autrui injustement ; l'invocation qui comporte un péché ou la rupture des liens de parenté ; faire dépendre l'invocation de la volonté d'Allah en disant par exemple : (Ô Allah , pardonne-moi si Tu veux ) , etc. Se montrer impatient dans l'attente de l'exaucement , en disant par exemple : J'ai invoqué , mais je n'ai pas été exaucé ; abandonner l'invocation par fatigue ou par lassitude ; invoquer avec un coeur distrait et inattentif ; ne pas faire preuve de discipline et de respect devant Allah ; Le Prophète sallalahu ayleihi wa salam ayant entendu un homme invoquer Allah dans sa prière sans faire la prière sur le Prophète sallalahu ayleihi wa salam dit : " Celui-ci s'est empressé " , puis , il l'appela et lui dit à lui ou à un autre : " Lorsque l'un d'entre vous invoque , qu'il commence par la louange ( Al-Hamdoulillâh ) et l'éloge d'Allah , puis , qu'il prie sur le Prophète sallalahu ayleihi wa salam , pour enfin invoquer ce qu'il veut après cela " [ Rapporté par At-Tirmidhi et Abou Dawoud ]
On trouve parmi les obstacles à l'exaucement, le fait de demander dans son invocation une chose décidée et irréversible, comme demander de vivre éternellement dans ce monde , s'évertuer à faire rimer les paroles que l'on prononce pendant l'invocation , Allah subhana wa ta'ala a dit :
[Invoquez votre Seigneur en toute humilité et recueillement et avec discrétion. Certes, Il n'aime pas les transgresseurs]
(Sourate Al Araf, Verset 55)
Ibn Abbas radiAllah ou anhou a dit : « Fais attention à la prose rimée dans les invocations, abstiens-toi de le faire, car j'ai toujours vu l'Envoyé d'Allah sallalahu ayleihi wa salam et ses Compagnons éviter cela » [Al-Bukhary]. Il y a également le fait d'élever la voix exagérément pendant l'invocation, Allah subhana wa ta 'ala dit :
[Et dans les prières, ne récite pas à voix haute; et ne l'y abaisse pas trop mais cherche le juste -milieu entre les deux] (Sourate Al Isra, Verset 110)
Aicha qu'Allah soit satisfait d'elle a dit : « Ce verset a été révélé au sujet de l'Invocation ».
Il est recommandé pour celui qui invoque de procéder dans cet ordre
* Premièrement : Proclamer la louange et l'éloge d'Allah
* Deuxièmement : Invoquer la prière sur le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-
* Troisièmement : Se repentir et reconnaître ses péchés
* Quatrièmement : Remercier Allah pour ses bienfaits
* Cinquièmement : Commencer l'invocation [a proprement dite] et veiller à dire des formules concises et générales, et ce qui est rapporté du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- ou de nos Pieux prédécesseurs
* Sixièmement : Conclure l'invocation par la prière sur le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-

[Sources: « Article du Commentaire du Dernier Dixième du Coran », Editions Tafsir.info]
Retranscription : Oukhtynette Assya

Les brèches par lesquelles Satan s'introduit


Ibn al Qayyim


breche.jpg
Toute personne raisonnable sait que Satan ne peut parvenir à elle si ce n'est par trois brèches :

La première :
Le surplus et le gaspillage, qui consiste à se procurer plus de choses que le strict nécessaire. Il restera alors un surplus, qui est la part de Satan et la brèche par laquelle il s'introduit jusqu'atteindre le cœur. Comment colmater cette brèche? En évitant d'accorder à son âme ce qu'elle désire en totalité, qu'il s'agisse de nourriture, de sommeil, de plaisir ou de repos. En fermant cette porte, tu t'assureras que l'ennemi ne pourra s'y introduire.

La seconde :
L’insouciance. En effet, celui qui mentionne Allah (soubhânahou wa ta`âla) est protégé par la citadelle du rappel d'Allah. Lorsqu'il sombre dans l'insouciance, le serviteur ouvre une porte de la citadelle par laquelle l'ennemi s'introduira. Il deviendra alors très difficile de l'en faire sortir.

La troisième :
S'occuper de ce qui ne la regarde pas, de tout point de vue.
 

Titre: Les Méditations
Auteur: Ibn Al-Qayyim
Éditions: Tawbah
Pages: 390
Retranscription: bint 'Amar

Le repentir d’un jeune qui s’est fait beaucoup de tort


Ibn Qudama Al Maqdissi
Wahb Ibn Munabbih relate : « Il y avait à l’époque de Musa –‘aleyhi salam- un jeune homme insolent qui s’était fait beaucoup de tort. Ils l’expulsèrent de leur groupe en raison de son mauvais comportement. La mort se présenta à lui dans une ruine à la porte du pays. Allah Le Très Haut révéla à Musa –‘aleyhi salam- : « Un de Mes amis (Wali) est mort. Va le voir, lave-le et prie sur lui. Dis à tous ceux qui ont énormément désobéi d’assister à ses funérailles pour que Je leur pardonne. » Musa –‘aleyhi salam- fit l’appel parmi les Banu Isra’il, qui arrivèrent en grand nombre. Quand ils furent sur place ils reconnurent le jeune homme et s’écrièrent : « Ô Prophète d’Allah ! C’est lui le libertin que nous avons expulsé. » Musa –‘aleyhi salam- s’en étonna. Allah lui révéla : « Ils ont dit vrai et ce sont Mes témoins, sauf que, lorsque la mort se présenta à lui dans cette ruine, il regarda à droite et à gauche. Il ne vit ni ami intime ni proche, mais constata que son âme était une étrangère, seule et humiliée. Il leva son regard vers Moi et dit :« Mon Dieu ! Un de Tes serviteurs est étranger dans Ton pays ! Si je savais que mon châtiment augmenterait Ton royaume et que Ton pardon diminuerait Ton royaume, je ne Te demanderais pas le pardon. Je n’ai aucun refuge ni aucun espoir si ce n’est Toi. J’ai entendu, dans ce que Tu as fait descendre, que Tu as dit : « Certainement, Je suis Le Grand Pardonneur, Le Miséricordieux ». Ne frustre pas mes espérances ! » « Ô Musa ! Serait-il digne de Moi de le renvoyer alors qu’il était un étranger dans cette condition et qu’il Me demandait d’intercéder auprès de Moi-même et qu’il s’humiliait devant Moi ?! Par Ma Puissance ! S’il M’avait demandé pardon pour tous les pécheurs de la terre, Je le lui aurais accordé en raison de son humilité, de son éloignement. » « Ô Musa ! Je suis la grotte de celui qui est loin de son pays, celui qu’Il aime, son Médecin et celui qui lui fait miséricorde. »


Titre : Les repentis
Auteur : Ibn Qudama Al Maqdissi